Retour d’expérience : la parole aux lauréats !

Publication : le 14/12/2020 à 14 h 52 min

Le 21 novembre, lors du Forum Stages et Métiers d’Avenir, s’est tenue la remise des prix intermédiaires du concours CUBE.S. Les trois lauréats sont : 

  • Le collège Vallis Aeria à Valréas avec 25% d’économies d’énergie (engagé par le Conseil Départemental du Vaucluse)
  • Le collège Paul Eluard à Beuvrages avec 21,6% d’économies d’énergie (engagé par le Conseil Départemental du Nord)
  • Le lycée Blaise Pascal à Villemomble avec 19,7% d’économies d’énergie (engagé par la Région Île-de-France).

Nous sommes allés à la rencontre de deux des lauréats afin d’avoir un retour d’expérience sur les actions mises en place depuis leur entrée dans le concours. Entretien à deux voix avec Lucie Marson, gestionnaire du collège Paul Eluard et Pierre Bedu, professeur de Sciences Technologiques du logement au lycée Blaise Pascal. 

  1. Comment votre métier est-il impacté par CUBE.S ? 

Pierre Bedu :

J’enseigne les matières technologiques au lycée Blaise Pascal à Villemomble. Les économies d’énergies entrent dans le programme scolaire de chaque niveau, de la seconde jusqu’au BTS.

Lucie Marson :

Pour ma part, c’est relativement différent : en tant que gestionnaire de l’établissement Paul Eluard, je fais partie du personnel administratif. Je n’avais jusqu’alors aucune expérience pédagogique et aucun contact direct avec les élèves ! Travailler avec les Eco-délégués a donc été plutôt inédit pour moi. De la même manière, le concours permet aux élèves de découvrir des métiers avec lesquels ils ne sont habituellement pas en contact : la gestionnaire, le CPE, les agents de maintenance, les cuisiniers… CUBE.S a un aspect très communautaire !

Pierre Bedu :

Les outils fournis par CUBE.S m’ont permis d’étoffer certaines parties de mon cours, déjà tourné vers les économies d’énergie dans le logement. Ça m’a permis de constater qu’on peut faire participer les élèves au diagnostic participatif pour qu’ils soient force de proposition. Mettre en place des actions auxquelles ils ont eux-mêmes réfléchi les motive beaucoup. 

2. Qu’est-ce que CUBE.S vous a aidé à accomplir ? 

Lucie Marson :

Notre collège, inscrit en septembre 2019 au concours, figure parmi les 3 établissements pilotes de la région de Lille. Nous avions déjà entrepris des démarches écologiques, notamment concernant le recyclage des déchets. Le concours nous a apporté une base solide sur laquelle s’appuyer. Réunis par groupe de 4 ou 5, nos 25 Eco-délégués se sont penchés sur des thématiques différentes : lutte anti-gaspillage, alimentation, sensibilisation, charte de l’éco-citoyen et économies d’énergies avec CUBE.S.

Accompagné par le corps pédagogique, ce dernier groupe a réalisé différentes activités : un diagnostic participatif avec le Cerema, la visite des locaux du collège, la préparation d’une enquête de confort sur la gestion de l’électricité au sein du collège et à la maison… Cette enquête, à destination de 180 personnes, adultes et élèves confondus, s’appuie sur une des formations fournies par le Cerema. Sous forme de QCM, elle a permis de mesurer la conscience de chacun aux enjeux climatiques. Nous avons été surpris de constater que les gens ont eu tendance à rédiger des commentaires dans la marge du QCM pour partager leurs idées ou souligner leur enthousiasme. Cela témoigne de leur envie de s’impliquer et de faire bouger les choses ! 

Pierre Bedu :

Dans le lycée Blaise Pascal, nous avons eu une démarche assez similaire. Les élèves ont élu 25 Éco-délégués qui participent à hauteur de 2 fois par mois à des réunions sur le développement durable. Ils se sont réunis par petits groupes de travail. Un s’est concentré sur les économies d’énergie et s’est investi dans le concours. Grâce au matériel fourni dans le kit établissement (caméra thermique, Wattmètre…), ce groupe a réalisé dans un premier temps le diagnostic participatif du bâtiment. Une étape primordiale pour bien débuter !

Cela nous a permis de mettre en place des actions correctives simples : éteindre les lumières inutiles, notamment sur le toit, d’en remplacer d’autres par des LEDs, ou encore de baisser le chauffage dans certaines salles. Là où ces modifications n’étaient pas réalisables, les élèves ont travaillé sur des affiches de sensibilisation aux bonnes pratiques. Comprendre le fonctionnement énergétique de l’établissement et inclure l’ensemble des usagers au processus a permis de les mobiliser et de les rendre plus conscients des enjeux climatiques. 

Revivez la remise des prix en vidéo ! 

3. Etre lauréat, qu’est-ce que cela vous apporte ? 

Lucie Marson :

On a été agréablement surpris ! L’année 2020 a été très étrange et nous venions tout juste d’intégrer le concours… Avec 21% d’économies d’énergie réalisées sur l’année 2019, nous sommes arrivés 2nd au classement CUBE.S ! Si le confinement a certainement impacté sur ce résultat et nous a coupé dans le lancement de certains projets, il a également permis l’application des  bonnes pratiques du collège à la maison. 

Pierre Bedu :

Cela fait 4 ans que notre lycée est labellisé E3D au niveau 3. Avant même d’intégrer le concours CUBE.S, ces thématiques étaient déjà au cœur de nos réflexions. D’ailleurs, depuis plusieurs années, nos éco-délégués publient plusieurs fois par trimestre une lettre verte adressée à tout l’établissement. Ils y rappellent les sujets sur lesquels il faut être vigilant afin que tout le monde s’investisse. Nous sommes fiers d’être lauréats ! Recevoir un prix, c’est avant tout récompenser les usagers pour leur mobilisation. Avoir des chiffres concrets permet de montrer que ces actions mises en place ont bel et bien un impact !

Lucie Marson :

A la remise des prix, j’ai vraiment réalisé que CUBE.S n’était pas qu’un concours entre établissements. C’est une véritable communauté d’individus provenant de tout horizon qui communiquent sur les mêmes problématiques. Cette mise en commun de nos retours d’expériences et cette création de réseau sont exceptionnelles. On m’a même demandé de partager la trame de l’entretien que nos élèves avaient réalisé ! 

Pierre Bedu :

De notre côté, la remise des prix nous a permis de nous recentrer sur le concours. Avec le confinement, certains éco-délégués ont un peu perdu de leur motivation face à la difficulté d’agir à distance. CUBE.S et ses réunions étaient en stand by. Cette journée était donc l’occasion de montrer que nos efforts payent et d’inciter les usagers à se ressaisir de ces problématiques.

4. Un mot sur le concours ? 

Pierre Bedu :

Le concours est une très bonne chose. Il encadre nos actions et fédère tous les usagers d’un établissement autour d’un objectif commun. Les élèves ont beaucoup apprécié travailler sur ces thématiques. La démarche scientifique permet de rendre leurs actions plus concrètes. D’un point de vue personnel, le concours est cependant assez chronophage : réunions de réseau, entretiens, suivi… Et parfois cela prend le dessus sur d’autres activités. Alors il faut avoir le temps, ou plutôt se laisser le temps pour s’investir. 

Lucie Marson :

Je suis convaincue du bien-fondé de ce concours ! J’ai pu élargir mon champ de compétences, d’une part sur les économies d’énergie et, d’une autre en apprenant à travailler avec les élèves. Nous avons eu de bons retours du côté des enseignants qui, comme Pierre, ont pu intégrer le concours CUBE.S à leur enseignement. Ce nouveau cadre d’apprentissage plus concret a beaucoup plu aux élèves, qui se sont montrés très motivés. Nous allons tout faire pour que ce beau mouvement soit pérenne. Les élèves regorgent d’idées : expos, BD… Et ce n’est que le début !