Quel est le rôle des collectivités dans la transition énergétique de leur patrimoine ?

Publication : le 24/06/2021 à 9 h 57 min

Le parc public, avec 380 millions de m2 et 37 % du parc national de bâtiments à usage tertiaire, constitue un défi de taille en matière de rénovation énergétique. Plus précisément, les écoles, collèges et lycées représentent la moitié des bâtiments appartenant aux collectivités. Ces bâtiments d’enseignement public ont un coût : 31% de la facture énergétique des communes. C’est là qu’intervient la loi ELAN et en particulier le décret tertiaire qui adressent deux enjeux : diminuer la consommation énergétique de ce parc et améliorer le confort et le fonctionnement de ces bâtiments.

 Qui est concerné par la loi ELAN ?  Tous les bâtiments tertiaires ou établissements de plus de 1000 m2 ! Ses objectifs sont soit de réduire d’au moins 40% en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2050 par rapport à 2010, soit d’atteindre un niveau de consommation énergétique inférieur à un seuil fixé. Si la deuxième option est retenue, les objectifs sont définis en valeurs absolues (en kWh/m2/an) en fonction du secteur et des conditions climatiques. Pour y parvenir, les propriétaires et occupants sont libres d’utiliser les moyens qu’ils souhaitent. Le cheminement qui suit peut vous aider, pas à pas.

4 étapes pour réussir son obligation Eco Energie Tertiaire (ex-décret tertiaire)

Mesurer

La première étape d’une transition énergétique réussie consiste à recueillir des données. La façon la plus facile de connaître sa consommation reste de consulter ses factures. En attendant OPERAT (Observatoire de la Performance Énergétique, de la Rénovation et des Actions du Tertiaire), le concours CUBE.S a mis en place une plateforme permettant de convertir vos factures en suivi de consommations énergétiques.

Réduire

Il est nécessaire de réduire sa consommation énergétique. Cela ne rime pas avec inconfort et privation mais plutôt avec usage raisonné. Il s’agit d’éviter le gaspillage et d’encourager la sobriété énergétique. Éteindre les lumières inutiles, baisser son chauffage la nuit et pendant les absences, éteindre le matériel électronique plutôt que de le laisser en veille en sont des exemples classiques. L’utilisateur ou occupant des lieux peut agir sur ses usages en adoptant des éco-gestes.

Rénover

Cette phase nécessite en général plus de moyens. Ces travaux peuvent concerner : l’isolation afin de limiter les ponts thermiques, le chauffage afin d’obtenir un rendement plus important, la régulation du chauffage afin d’adapter la température au moment de la journée et la ventilation afin d’avoir un air plus sain et plus facile à chauffer. Il est recommandé de procéder dans l’ordre indiqué pour obtenir les résultats les plus probants. Par exemple, le dimensionnement de votre système de chauffage dépend de l’isolation du bâtiment.

Changer ses énergies

La dernière étape est de mieux choisir ses énergies. Dans les choix précédents de technologie, privilégier les énergies renouvelables et à faible impact. Il n’existe pas de formule magique à appliquer à tous les bâtiments, il faut plutôt s’adapter aux conditions de l’environnement, aux usages propres des occupants et au bâtiment en lui-même.

 Le challenge CUBE.S suit évidemment ce cheminement : pendant la première année de concours, les efforts sont focalisés sur la mesure et la réduction à travers la sensibilisation des équipes éducatives et des agents techniques. Pour ce faire, de nombreuses ressources pédagogiques sont mises à disposition, des animations sont réalisées. De plus, la saisie des données de consommations donne aux participants le résultat de leurs économies par rapport à des années de référence. Enfin, le diagnostic participatif donne souvent bien souvent l’impulsion pour programmer les travaux de rénovation énergétique : passage aux LED, isolation des fenêtres… Les quatre années suivantes donnent l’opportunité aux propriétaires, ici les collectivités de planifier ces travaux afin d’améliorer l’efficacité énergétique de leur parc.