Quand la lumière naturelle augmente les performances des élèves

Publication : le 19/01/2021 à 14 h 43 min

Faisons un peu rêver les professeurs qui s’impliquent dans CUBE.S : et si nous avions un moyen miracle d’augmenter les performances scolaires des élèves, sans leur demander plus d’efforts ? Cet artefact magique n’est autre que la lumière naturelle. Mais si le sujet semble simple en apparence, il est en fait très compliqué à traiter. Explications. 

Une étude menée à l’échelle européenne

Dans une étude publiée en 2016, l’UPMC (Université Pierre-et-Marie-Curie) et l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) se sont intéressés à la performance des élèves en fonction du confort visuel de leurs espaces de travail. 148 classes, 54 écoles et 2837 enfants de 9 à 12 ans ont ainsi pris part aux tests de mathématique et de logique dans des conditions similaires (tests en début de journée notamment). Les résultats ne souffrent d’aucun biais possible d’interprétation : les élèves qui ont la chance de bénéficier des salles de classe équipées des plus grandes fenêtres ont obtenu des résultats 15% supérieurs. Les chercheurs l’expliquent par un sentiment de confinement réduit et une abondance de lumière naturelle, mettant les enfants des classes les mieux éclairées dans de meilleures conditions d’apprentissage.

Concevoir et rénover autrement les établissements

Ce facteur de réussite est le plus universel qui soit, en dehors bien sûr de certaines régions nordiques où les nuits d’hiver se font longues. Néanmoins, sa maîtrise dans les établissements reste compliquée dans les faits. Pour les bâtiments existants, il n’est souvent pas possible de modifier en profondeur la structure pour optimiser les ouvertures ou de modifier le schéma d’occupation des lieux. Cela est pourtant le plus sûr moyen de maximiser le nombre de salles bien orientées par rapport au soleil. Les caractéristiques de la parcelle, des rénovations orientées exclusivement vers la performance énergétique ou un manque de moyen pour réaliser ces travaux sont souvent en cause. Lors de la création de nouveaux locaux, les contraintes du terrain ou imposées par les bâtiments environnants sont également à prendre en compte. Ainsi, si une fenêtre de toit diffuse par exemple deux fois plus de lumière qu’une fenêtre de façade, il n’est pas toujours aisé de rassembler l’ensemble des facteurs conduisant à son intégration.

Pour de meilleures performances énergétiques

Au-delà du confort et de la performance des élèves, un bon éclairage naturel est aussi un facteur de performance énergétique. Dans des lieux occupés quasiment en permanence et durant des horaires de journée, le recours à un éclairage artificiel peut néanmoins représenter une dépense énergétique équivalente au chauffage et à l’eau chaude sanitaire dans les cas les plus extrêmes.

Dans le cadre de CUBE.S, la gestion de « détails » tels que des stores bloqués en position basse ou des fenêtres partiellement obstruées par des armoires de rangement revêt ainsi toute son importance. Ceci tant sur le plan énergétique, que le confort et la performance quotidienne des occupants.