Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2020 : les jeunes s’engagent pour l’environnement !

Publication : le 18/02/2021 à 17 h 19 min

Ce baromètre annuel est réalisé par l’INJEP, en collaboration avec le CREDOC. L’édition 2020, parue en décembre 2020, présente les résultats d’une enquête sur la jeunesse réalisée auprès de 4 500 jeunes de 18 à 30 ans, en France et en outre-mer. Et le grand thème du baromètre de cette édition du baromètre, n’est autre que l’engagement des jeunes pour la protection de l’environnement ! Avec des conclusions très encourageantes, comme vous allez le découvrir avec Joaquim Timoteo, chef de mission études et recherche à l’INJEP.

Pourquoi ce baromètre ?

L’objectif du baromètre est de produire de la connaissance sur la jeunesse, de dresser un état des lieux des jeunes de 18 à 30 ans, ce qui est une mission centrale de l’INJEP. Cela fait déjà 6 ans que nous avons lancé le premier baromètre. Cela permet aux acteurs publics et privés qui ont besoin d’informations sur le sujet d’avoir une source fiable et complète.

Chaque année, nous interrogeons les jeunes sur quatre thèmes majeurs : l’engagement des jeunes en général (sur de l’associatif, sur du bénévolat, etc.), l’accès aux droits, la valorisation de la mobilité internationale et l’état d’esprit des jeunes. A cela s’ajoute un thème supplémentaire, qui change tous les ans. En 2018 par exemple, c’était les transports. En 2020, nous avons choisi d’interroger les jeunes sur leur engagement pour la protection de l’environnement.

Quelles sont les grandes conclusions du baromètre ?

Il faut bien prendre en compte le fait que l’enquête a été réalisée avant le premier confinement. Elle ne rend pas compte de la crise sanitaire. Mais ce qu’on peut dire, c’est qu’avant mars 2020, le moral de 18-30 était plutôt bon. 2/3 des jeunes se déclarent confiants envers l’avenir. On observe que l’engagement des jeunes a progressé par rapport aux années précédentes. Ils s’engagent surtout dans les loisirs, la culture, le sport et la solidarité. C’est bien la preuve que les jeunes ne s’intéressent pas à rien, comme on l’entend parfois. C’est même tout l’inverse ! Enfin, sur l’accès au droit, on note malheureusement une augmentation du non-recours aux droits, malgré une meilleure connaissance des dispositifs.

Et pour l’environnement ?

Les résultats sont très forts sur l’environnement. Près de 2/3 des jeunes estiment pouvoir jouer personnellement un rôle dans la protection de l’environnement ! Quand on regarde les chiffres de plus près, c’est d’autant plus marqué chez les femmes et chez les diplômés. Au niveau du comportement, 9 jeunes sur 10 affirment adopter des actions quotidiennes en faveur de l’environnement. On constate que c’est la famille qui est source d’inspiration pour la plupart de ces jeunes, qui les motive à adopter des gestes plus respectueux de l’environnement. 

Cet engagement s’explique par plusieurs raisons. D’abord, on constate les effets réels de la dégradation de l’environnement, ce qui alerte ces jeunes. Ensuite, les jeunes veulent être utiles à une cause, ils se posent des questions de quête de sens dans ce qu’ils font. L’environnement est une cause qui fait sens pour eux.

Un top 5 des pratiques écologiques les plus communes chez les jeunes ?

  1. Réduire ses déchets, trier, recycler. Cela concerne 6 jeunes sur 10.
  2. Utiliser des moyens de transports moins polluants (44% des jeunes).
  3. Diminuer sa consommation d’eau et d’électricité (34% des jeunes).
  4. Consommer des aliments locaux et de saison (32% des jeunes).
  5. Limiter sa consommation de biens superflus, dont certains produits alimentaires (25% des jeunes).

Un mot de la fin ?

Il faut faire confiance aux jeunes sur les questions liées à l’environnement ! Sur des politiques environnementales, qui vont dessiner la planète sur les prochaines décennies, on ne pourra pas faire sans la jeunesse. Il faut dès à présent intégrer les jeunes dans le débat public, les faire participer, les amener à s’exprimer.

INJEP ? DJEPVA ? CREDOC ? Quésaco ?

  • INJEP : Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire. Rattaché au ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, c’est un observatoire producteur de connaissances et un centre de ressources et d’expertise sur les questions de jeunesse et les politiques qui lui sont dédiées, sur l’éducation populaire, la vie associative et le sport.
  • DJEPVA : Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative de l’Education nationale et de la jeunesse. Elle a pour mission de coordonner et évaluer les politiques en faveur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.
  • CREDOC : Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie. C’est un organisme d’études et de recherche au service des acteurs de la vie économique et sociale. Il analyse et anticipe le comportement des individus en tant que consommateurs, agents de l’entreprise et acteurs de la vie sociale.